Le Crime du golf | Agatha Christie

« Le véritable travail s’accomplit à l’intérieur. Les petites cellules grises, n’oubliez jamais les petites cellules grises, mon bon ami. »

— Agatha Christie, Le Crime du golf

Une chose est certaine : Agatha Christie n’avait pas à rougir de ses cellules grises ! L’autrice britannique démontre ici encore sa parfaite maîtrise de l’enquête policière. Impossible de deviner qui a bien pu assassiner M. Renauld, retrouvé poignardé dans une tombe creusée sur son terrain de golf alors qu’il avait écrit au célèbre Hercule Poirot, craignant (à juste titre) pour sa vie…

Que cache son passé en Amérique du Sud ? Qui sont ces femmes mystérieuses qui l’entourent ? Le commissaire Giraud parviendra-t-il à résoudre l’enquête avant Poirot ?

C’est toujours un plaisir de se laisser mener par le bout du nez par le fameux détective belge, dont la logique implacable fait travailler les cellules grises des lecteurs et lectrices. Loin de se cantonner à la campagne anglaise, Agatha Christie nous fait ici voyager entre la France et l’Angleterre, son ton résolument british imprégnant chaque page, son don pour nous immerger dans de petites villes aux belles demeures et aux habitants tous plus suspects les uns que les autres faisant encore des merveilles.

Les plus peureuses et peureux ne doivent toutefois pas craindre de ne pas pouvoir fermer l’œil de la nuit à cause de cette lecture, car l’autrice relate l’affaire dans le plus grand calme et la plus grande quiétude, sans détails macabres inutiles. En outre, Le Crime du golf ne manque pas de légèreté et d’humour, entre les histoires de cœur d’Hastings, fidèle ami de Poirot et narrateur de l’histoire, et la rivalité entre Poirot et Giraud, commissaire pédant qui ne sait pas à qui il a affaire !

Je ne souhaite pas m’étendre davantage afin de ne pas gâcher la découverte de cette courte enquête, qui ravira à coup sûr les amateurs et amatrices d’histoires de détectives. Un récit efficace et bien ficelé qui n’évite malheureusement pas les clichés de genre mais dont le dénouement vaut la peine de lui consacrer quelques heures !

Ma note

À lire et à faire lire

À propos du livre

Autrice : Agatha Christie
Traductrice : Françoise Bouillot
Maison d’édition : Le Livre de Poche (initialement publié par Le Masque)
Date de publication : 1974 (première version française publiée en 1932)
Pages : 220
ISBN : 978-2253009191

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s