Roméo et Juliette | William Shakespeare

« Hélas ! faut-il que l’amour, si doux en apparence, — soit si tyrannique et si cruel à l’épreuve ? »

— William Shakespeare, Roméo et Juliette, Acte I, scène 1

Un balcon dans la pénombre, quelques fleurs exhalant leur parfum exquis avant de se refermer, des mots susurrés à la lueur des étoiles. Un amour doux et cruel à la fois. Un couple d’amants maudits.

Un amour qui fait tourner la tête

Roméo et Juliette, William Shakespeare, Pocket Classiques, 2005

Qui n’associe pas cette image à l’histoire de Roméo et Juliette, l’une des plus célèbres histoires d’amour entre deux adolescents issus de familles rivales ?

Une histoire d’amour, vraiment ? Plutôt une histoire de coup de foudre, de passion, d’éveil des sens qui confine presque à la folie. Roméo lui-même semble prendre conscience de son isolement du reste du monde, induit par son état de transe amoureuse :

« LAURENT
Oh ! je le vois bien, les fous n’ont pas d’oreilles !

ROMÉO
Comment en auraient-ils, quand les sages n’ont pas d’yeux ! »

— William Shakespeare, Roméo et Juliette, Acte III, scène 3

Le dialogue ne semble possible qu’entre les deux jeunes amants, qui se parlent davantage de cœur à cœur que d’esprit à esprit. Si bien que leurs échanges font parfois lever les yeux au ciel tant leurs sentiments sont exacerbés, exprimés à grands coups de métaphores, d’hyperboles et autres figures de style emphatiques. Shakespeare parvient pourtant à trouver un équilibre entre le pétrarquisme, sa critique, et des déclarations réellement touchantes, notamment grâce à la candeur et la fraîcheur des deux protagonistes qui aident à accepter leurs envolées lyriques.

Une merveille littéraire et théâtrale

Ces envolées lyriques sont d’ailleurs l’un des points forts de la pièce ! Lire Shakespeare est un réel plaisir, ses mots se dégustent, se lisent à voix haute pour en apprécier toute l’harmonie.

Ce qui pose également la question de la traduction : lit-on réellement Shakespeare lorsqu’on lit sa pièce en français ? Cette question, qui vaut pour tout ouvrage traduit, se pose d’autant plus lorsque le style d’écriture, les sonorités et les jeux de mots occupent une place si importante. La traduction que j’ai lue, de François-Victor Hugo, ne manque toutefois pas de poésie et de fluidité. Elle procure un moment de lecture aussi beau qu’immersif dont il serait difficile de profiter s’il fallait rechercher du vocabulaire en lisant Roméo et Juliette dans sa version originale.

Cette pièce ne se réduit néanmoins pas à son lyrisme, elle est également pleine de vie et d’action, suscite à la fois le rire et les larmes. Shakespeare nous livre une tragédie, certes, mais une tragédie aux accents comiques, loin des carcans des dramaturges classiques imposant unité de temps, d’action et de lieu. Si l’action est ici resserrée autour du destin de Roméo et de Juliette, la pièce se déroule sur quatre jours du mois de juillet, de Vérone à Mantoue, de grandes demeures à de simples rues italiennes.

Lecteurs et lectrices n’ont donc pas l’occasion de s’ennuyer, le temps leur filant entre les doigts, comme il échappe aux deux amoureux en route vers leur fatale destinée. Roméo et Juliette est en effet une pièce très sombre malgré ses rayons de soleil, allant de contraste en contraste, du noir au blanc, de la pudeur à la passion, de l’exaltation à la douleur. Le succès intact de Roméo et Juliette est sans doute dû à l’intemporalité des thèmes soulevés par la pièce, les contrastes qu’elle met en exergue apportant encore et toujours ombre et lumière à nos vies quotidiennes.

La jeunesse de Juliette, Roméo et ses amis s’oppose notamment aux figures parentales plus âgées, mais pas toujours plus matures pour autant. La nourrice, ressort comique, ne lésine pas sur les allusions grivoises, Frère Laurent tente d’apporter son aide à ses protégés par un stratagème somme toute douteux, tandis que les parents des amoureux font preuve d’un cruel manque d’écoute et de discernement à l’égard de leurs enfants.

Au plus profond de nos cœurs humains

Les deux adolescents auraient-ils moins souffert si leurs parents s’étaient montrés plus compréhensifs ? Auraient-ils pu vivre leur amour au grand jour si une profonde animosité n’avait pas lié leurs deux familles depuis des décennies ? Cela aurait-il même été souhaitable ? Roméo et Juliette est aussi une histoire de réconciliation, sur les extrêmes auxquels les humains doivent parfois arriver pour prendre la mesure de la vanité de leurs querelles, de la stupidité de la souffrance qu’ils (s’)infligent en refusant d’ôter leurs œillères de haine.

Une histoire d’amour plus « aisée » aurait-elle donc été souhaitable, tant la passion déchirante des jeunes amants nous donne à réfléchir et ravit nos cœurs de lecteurs et lectrices ? Roméo et Juliette n’est pas qu’un délice littéraire, ce texte offre une réelle occasion de s’interroger sur les fondamentaux de notre existence à travers l’exaltation d’amours adolescentes.

Cette pièce contient tout un monde… L’usage d’archétypes, d’images frappantes et poétiques, l’évolution des personnages dans leurs dimensions spirituelle et charnelle, la mise en avant de la nature cyclique du temps et de la vie humaine ne sont d’ailleurs pas sans rappeler le Tarot de Marseille – un « jeu » aussi lumineux que funeste, comme l’amour.

Quelles cartes Roméo et Juliette auraient-ils tirées au lever le jour de leur rencontre ?

Ma note

5 sur 5 : à lire et à partager de toute urgence

Je conseillerais vivement d’opter pour une édition enrichie de notes et d’explications qui permet d’aller plus loin dans sa lecture et d’en retirer tout le suc, bien que les mots de Shakespeare soient déjà un délice en eux-mêmes.

À propos

Auteur : William Shakespeare
Traducteur : François-Victor Hugo
Appareil critique : Présentation et commentaires de Sylvie Rares, Catherine Bouttier-Couqueberg et Annie Collognat-Barès
Maison d’édition : Le Livre de Poche
Date de publication : 2007 (publié pour la première fois en 1597)
Pages : 371
EAN : 978-2266176040

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s