Adèle & les noces de la Reine Margot | Silène Edgar

J’ai choisi un livre de Silène Edgar pour lancer cette série de chroniques consacrée aux autrices en ce mois de mars, le 8 mars étant la Journée internationale des droits des femmes. Pourquoi cette romancière ? C’est son livre Moana : La saveur des figues que j’avais choisi de présenter sur mon blog dans le cadre du FéminiBooks en 2020. Ce premier article est donc un clin d’œil à cet événement habituellement organisé par Ninon, de la (passionnante) chaîne YouTube Opalyne, qui ne l’a malheureusement pas reconduit cette année.


Adèle et les noces de la Reine Margot, Silène Edgar, Castelmore, 2015
Source : Castelmore

Adèle est confrontée aux problèmes habituels d’une jeune fille âgée de quatorze ans : comparaison aux autres, décès des grands-parents, difficultés au collège, disputes avec les amis, interrogations sur son corps, mauvaise communication avec les parents… Encore une fois, Silène Edgar démontre dans Adèle & les noces de la Reine Margot sa capacité à se mettre dans la peau d’une adolescente sans tomber dans des clichés qui nous feraient lever les yeux au ciel.

La jeune protagoniste est bien loin de se douter que la lecture imposée par son professeur de français pour les vacances de la Toussaint va chambouler son monde… D’abord effrayée face à La Reine Margot d’Alexandre Dumas, classique de la littérature du XIXe siècle de plus de quatre-cents pages, son avis va évoluer au fil du récit.

Adèle se prend en effet au jeu en se rendant compte qu’elle peut explorer la cour de la Reine Margot lorsqu’elle dort. Se « réveiller » une fois en 1572, cela peut être un rêve… Mais se retrouver au XVIe siècle chaque fois que l’on s’endort, c’est une autre histoire !

Entre rêve et réalité, ses rencontres la feront petit à petit glisser vers le passé, une échappatoire bienvenue à sa vie moderne si compliquée, dans laquelle dialogues et relations humaines sont bien difficiles. Mais peut-elle vraiment aller et venir sans danger ?

Malgré quelques jeux de mots un peu trop faciles et une insistance sur le manque de présence parentale parfois peu subtile, ce roman se dévore sans modération tant l’écriture de l’autrice est fluide, ses scènes claires et immersives.

En 2015, Silène Edgar dépeint parfaitement le quotidien d’une adolescente, ses petits plaisirs comme ses aspects plus douloureux. Il est ainsi question de goûters pris devant la télé, de soirées sans parents, de la fameuse chanson « Ulysse » de Ridan que nous avons probablement toutes et tous apprise à l’école… mais aussi du poids des différences sociales et de l’importance d’avoir des adultes « guides » vers lesquels se tourner – car nous avons toutes et tous besoin d’une main tendue un jour ou l’autre, d’autant plus à une telle période de la vie.

En 1572, l’autrice nous embarque sans aucun mal à la cour de la Reine Margot avec ses somptueuses descriptions de costumes, les extraits du roman d’Alexandre Dumas, les dialogues au français un peu plus soigné bien que toujours accessible, sans oublier une iconographie bienvenue pour se représenter les scènes narrées.

Si les premières lignes peuvent inquiéter, car légères et en apparence anodines, l’histoire gagne en profondeur au fil de l’ouvrage à mesure que l’on découvre la famille d’Adèle et son histoire. Rien d’extraordinaire, pas de meurtre ou de kidnapping, mais les souffrances du quotidien, les difficultés à vivre ensemble et à se comprendre.

J’ai toutefois commencé à tiquer dans les cent dernières pages, la situation rocambolesque dans laquelle se trouve Adèle au XVIe siècle me semblant si improbable, si tirée par les cheveux, que je n’ai pas réussi à suspendre mon incrédulité pour accepter le récit.

Cela ne m’a toutefois pas empêchée d’être très touchée par la fin du roman, bien écrite et inventive, parfaite au vu de l’histoire délivrée en amont.

En somme, Adèle & les noces de la Reine Margot a été une belle découverte qui saura certainement séduire les adolescentes et adolescents, et pourra même les inciter à aller plus loin, en effectuant des recherches sur la Saint-Barthélémy ou, pour les plus téméraires d’entre eux, en se penchant sur La Reine Margot !

Le livre de Silène Edgar délivre en effet un certain nombre d’informations sur les conflits entre protestants et catholiques en 1572, dépeint habilement la toile de fond de cette période historique, mais ne suffit pas à réellement « éduquer » les lecteurs et les lectrices à ce sujet. Aucun reproche ici, car ce n’est pas son rôle ! Il s’agit plutôt d’une potentielle porte d’entrée pour attiser la curiosité de lecteurs et lectrices avides de connaissances.

Avez-vous lu ce roman ? En auriez-vous d’autres à recommander pour de jeunes lecteurs et lectrices passionné·e·s d’histoire ?

Ma note

Une belle découverte

Une lecture sympathique et agréable malgré quelques défauts qui n’en ont pas fait un roman inoubliable…

Si vous avez aimé…

Si vous avez aimé Adèle & les noces de la Reine Margot, vous aimerez sûrement découvrir Les Lettres volées de la même autrice, qui se déroule à la cour du Roi Soleil, ou encore Moana : La saveur des figues qui, dans un autre registre, explore aussi les thèmes de la famille, de l’adolescence et de la féminité.

Malheureusement, je n’ai jamais lu aucun autre livre se déroulant à l’époque de la Reine Margot. Auriez-vous des recommandations ?

Informations sur le livre

Autrice : Silène Edgar
Maison d’édition : Castelmore
Date de publication : 2015
Pages : 352
ISBN : 978-2362311451

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s