Dans son cœur sommeille la vengeance | Sonia Mabrouk

Le résumé était pourtant prometteur : Léna, une journaliste parisienne partie maintes fois dans des pays en guerre, se voit offrir la réalisation d’un reportage sur Amra, une ex-djihadiste en pleine réinsertion. La quatrième de couverture annonce :

« De Raqqa à Paris, en passant par Gaziantep en Turquie, plongez dans une intrigue contemporaine sur fond de lutte contre le terrorisme, de religion, de retour des djihadistes en France. »

Dans son coeur sommeille la vengeance, Sonia Mabrouk, Plon, 2018
Source : Lisez !

Malheureusement, je ne pense pas que le genre de la fiction soit le plus judicieux pour aborder ce thème sous la plume de Sonia Mabrouk, qui semble vouloir enrober ce sujet brut d’envolées lyriques à mon sens maladroites et malvenues.

Il m’est arrivé plusieurs fois de buter sur une phrase qui tentait tellement d’être poétique et métaphorique qu’elle en devenait ridicule. En même temps, l’autrice semble avoir peur que le lecteur ne comprenne pas ses allusions ou les sentiments des personnages et les explicitait alors qu’elle n’en aurait nul besoin.

Paradoxalement, ses phrases sont (très) courtes, assez sèches, donnant un roman dont la lecture s’est avérée éreintante. Peut-être ne s’agit-il que de mes préférences de style personnelles…

Le deuxième point négatif de ce livre est sans aucun doute le récit de la vie privée de Léna. Nous suivons celle-ci dans sa vie personnelle peu reluisante mais également peu utile à l’intrigue principale. Alors que tous les passages sur son enquête et la radicalisation sont intéressants, ceux sur sa vie de couple sont lourds et creux, comme si Sonia Mabrouk n’était pas à l’aise avec cette partie de l’histoire. Sans compter que Gabriel, le compagnon de Léna, a la chance de connaître une évolution professionnelle peu crédible pile au bon moment…

Pourtant, l’autrice semble avoir fait un grand travail de recherche, et son roman n’est absolument pas dénué d’intérêt sur le sujet qu’elle se propose d’aborder : le retour des djihadistes en France.  Je regrette cependant qu’elle n’ait pas choisi de se concentrer uniquement sur ce sujet, le récit ayant tendance à s’éparpiller autour de la protagoniste – qui est, soit dit en passant, très impulsive et facilement manipulable pour une journaliste aguerrie.

Sonia Mabrouk a expliqué à Catherine Durand de Marie Claire son choix de se tourner vers la fiction :

« […] Je ne voulais pas d’un travail froid et tranché sur ces très jeunes djihadistes. J’en ai rencontré quelques uns, ainsi que des parents, les services de la protection de l’enfance, des avocats… J’ai compris qu’il fallait une fiction pour mieux appréhender cette question : Comment les protéger si plus tard ils peuvent être une menace ? Nous sommes dans une contradiction des sentiments vis à vis de ces enfants. Le roman permet d’exprimer des doutes, c’est la réalité augmentée. »

Malheureusement, j’ai justement trouvé que les personnages manquaient de doutes et de nuances, ou que celles-ci étaient trop grossièrement amenées.

Dans son cœurs sommeille la vengeance est toutefois un roman rapide à lire et d’actualité qui permet d’approcher la complexité de la réinsertion des djihadistes et pourra susciter des questions et une soif d’informations chez le lecteur.

À vous de juger, donc, si ce style d’écriture peut vous plaire pour commencer à aborder un sujet évidemment difficile à traiter. J’aimerais, si j’en ai l’occasion, découvrir l’autre livre de Sonia Mabrouk, Le monde ne tourne pas rond, ma petite-fille. S’agissant d’un récit personnel, je pense que l’autrice aura un ton plus naturel et saura apporter ses connaissances et son vécu d’une manière qui me conviendra davantage.

Ma note

Déception

Informations sur le livre

Maison d’édition : Plon
Date de publication : 2018
Pages : 288
ISBN : 978-2259263382

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s